Saarland.de - Startseite
   Benutzerhinweise    Inhalt    Suche
Ministerium für Wirtschaft, Arbeit, Energie und Verkehr
 

Centre d’aide à la mobilité transfrontalière dans la formation professionnelle et technologique

En Sarre, le nombre des jeunes diminuera considérablement dans les prochaines années. Photo © ATB
En Sarre, le nombre des jeunes diminuera considérablement dans les prochaines années. Photo © ATB

Pour ceux qui souhaitent réaliser une partie de leur formation professionnelle ou technologique dans le pays voisin, il suffit désormais de s’adresser au CAMT (centre d'aide à la mobilité transfrontalière dans la formation professionnelle et technologique) à Dillingen, en Sarre. Le CAMT, financé par le Ministère de l’économie de la Sarre, la IHK Saarland (Chambre de Commerce et d’Industrie de la Sarre) et le ME Saar (organisation patronale de la branche métallurgique et de l’électrotechnique de la Sarre) fait partie du réseau VAUS (Verbundausbildung Untere Saar e.V : association de formation de la Sarre).

La mission

La mission du CAMT est de soutenir les jeunes des deux cotés de la frontière dans leur souhait de mobilités individuelles vers le pays voisin. L’offre s’adresse aux :

  • élèves de Bac Professionnel ou BTS qui souhaitent effectuer une partie de leur période de formation en milieu professionnel en Sarre (PFMP) via des stages en entreprise,
  • apprentis allemands souhaitant réaliser une partie de leur apprentissage dans une entreprise française.

L’objectif du CAMT est de favoriser les compétences linguistiques et interculturelles chez les jeunes et de répondre au besoin en main d’œuvre qualifiée dans la région. Un deuxième objectif est de faire connaître les deux systèmes de formation professionnelle très différents d’un pays à l’autre. Tandis que les Allemands ne jurent que par le système en l’alternance, c'est-à-dire en entreprise et à la « Berufsschule » (Centre de formation des apprentis), la formation professionnelle en France se fait majoritairement en milieu scolaire. « Malgré les différences, nous souhaitons réaliser des interconnexions à travers la mobilité transfrontalière afin de renforcer les compétences individuelles mais aussi notre espace économique transfrontalier »  explique le Ministre de l’économie de la Sarre Heiko Maas.

En Sarre, la part des jeunes diminuera considérablement dans les prochaines années. Le nombre d’élèves quittant l’école avec un diplôme d’enseignement général devrait baisser de 14,5% d’ici 2020. L’économie sarroise a donc tout intérêt à entrer en contact avec des jeunes Lorrains. En principe, le marché de l’emploi sarrois est attrayant pour les jeunes Français. Mais les freins à la  réalisation de formations complètes  en Sarre- notamment la barrière de la langue et les difficultés liées à la  mobilité- persistent. Le CAMT en est conscient et se penche donc sur les pratiques de la formation en France, la réalisation de PFMPs et de stages durant la formation professionnelle ou technologique.

Intensifier le processus d'intégration

D’autre part, le CAMT incitent les jeunes sarrois à réaliser une partie de leur apprentissage en France,  ce qui est tout à fait possible vu que cette phase n’excède pas un quart de la durée totale de formation. Le projet respecte donc les spécificités de chaque pays et les bénéfices sont réciproques. Les acteurs sarrois espèrent quant à eux  que les jeunes Français resteront fidèles aux entreprises sarroises où ils ont fait leur de stage. Pour le Consul Général de France, Frédéric Joureau, le CAMT est une contribution importante à la coopération transfrontalière : « Avec ce projet et les dispositifs existants, comme par exemple le Secrétariat Franco-Allemand et son programme d’échange franco-allemand dans le domaine de la formation professionnelle, nous intensifions davantage le processus d’intégration entre les deux pays. »

Pour en savoir plus sur le projet VAUS